« Saisonnalité » , « locavore », « circuits courts », sont des termes qu’on entend beaucoup dernièrement. Récemment, on m’a sorti que « tout ça c’est encore un truc de bobo parisien ». Ça m’a interpellé, voire même un peu vexé. Car sans pour autant être extrémiste,  au quotidien je veille à consommer de saison et local le plus possible car je suis fermement convaincue que c’est la meilleure chose pour moi et pour la planète.  Et c’est là une démarche que j’ai bien l’intention d’appliquer à W’one ! Par conviction et certainement pas pour être à la mode ou pour servir d’argument marketing vide de sens!

Manger de saison !

Commençons par le commencement ! Pour reprendre les mots du Larousse, la saisonnalité c’est le caractère saisonnier (ce dernier étant défini comme étant relatif à une saison ou à une époque de l’année). Limpide, n’est-ce pas? 🙂
La saisonnalité prend tout son sens quand on parle de fruits et légumes. Certains ne peuvent pousser que si des conditions climatiques favorables sont réunies. Or, même si la météo n’en fait qu’à sa tête dernièrement, l’été ce n’est pas l’hiver ! (Je suis sûre que je vous ai appris quelque chose là ;)). Si les fraises ne poussent pas naturellement en décembre en France, c’est tout simplement que les  conditions ne sont pas réunies pour.

fraises

Pour rester sur cet exemple, personnellement, je ne vois pas l’interêt d’utiliser des fraises qui ont poussé sous serre chauffée, au goût incertain et à un prix qui n’est pas juste. Et je ne vous parle même pas des conséquences sur la planète de la culture en serre et de l’usage de produits chimiques douteux.
Donc vous proposer une pâtisserie de saison revient ni plus ni moins à vous proposer des produits goûtus,  au juste prix avec un impact minimal sur l’environnement !

Consommer local !

On entend de plus en plus parler de locavorisme ou mouvement locavore. Ces termes désignent tout simplement le fait de consommer des produits locaux. Le mouvement explose dernièrement sur fond de problèmes environnementaux et encouragé par le développement de circuits courts. Il faut dire que manger local n’est pas dénué d’avantages pour le consommateur: proximité avec les producteurs, traçabilité, prix particulièrement intéressants et écologie. Consommer local ne veut pas dire non plus qu’il faut se priver des produits qui n’existent pas en France! Encore une fois, il  ne s’agit pas de tomber dans l’excès inverse mais bien de trouver un juste milieu :).  Et puis, ce serait dommage de se passer de fruits tels que la noix de coco qui ne peuvent pas pousser sous nos latitudes 🙂

noix-de-coco

Voilà voilà! j’espère que cet article vous aura convaincu (si ce n’est déjà le cas :)) de l’intérêt du locavorisme  et du respect de la saisonnalité, deux principes chers à W’one.