(Petit aparté: certains disent entrepreneuse, d’autre entrepreneure pour ma part ce sera la deuxième option :))

L’entreprenariat m’apparaît comme étant la réponse évidente : c’est à travers la création d’entreprise que je concrétiserais ma passion pour la pâtisserie. Oui mais voilà, je n’ai pas envie d’ouvrir une énième boulangerie-pâtisserie à Paris comme beaucoup semblent le suggérer surtout que le pain c’est pas vraiment mon truc. J’ai envie de proposer quelque chose de différent. Je commence donc à réfléchir à mon projet tout en continuant à me former.

Parallèlement, la gourmande  que je suis fréquente  assidument les grandes maisons de pâtisseries parisiennes.  Les merveilles qu’elles concoctent  ne cessent de me surprendre et de m’émouvoir tant elles sont goûteuses et créatives. Les valeurs qu’elles véhiculent – qualité, artisanat, respect de la saisonnalité des produits –  sont complètement à contre courant d’un  phénomène qui prend malheureusement  de plus en plus d’ampleur: nombre de pâtisseries ont recours à des produits industriels surgelés. Cette partie de leur offre est plus ou moins importante selon les pâtisseries mais les chiffres énoncés sont préoccupants : 20% des pâtisseries et 75% des viennoiseries vendus chez nos boulangers-pâtissiers seraient industriels.  Heureusement ce n’est pas le cas de tous les artisans.

C’est influencée par tout ceci que se dessine dans mon esprit une première idée de la pâtisserie que je veux proposer : créative, originale, surprenante, de qualité, respectueuse de la saisonnalité des produits et surtout, respectueuse du consommateur !